Togo : après la caresse, le châtiment

282

Le véritable premier coup d’essai de la réouverture des lieux de cultes, c’était hier dimanche 19 juillet. 10 %, seulement, sont autorisées à rouvrir et le respect des mesures barrières notamment la distanciation, le port de masque et le lavage des mains était la condition à respecter. Les églises qui n’étaient pas dans l’ordre ont vu sur leur chemin, les éléments de la Force Sécurité Anti-pandémie (FOSAP).


Après les mosquées qui ont donné le ton le vendredi, c’est le tour des églises hier dimanche. La plupart ont respecté la condition (Les mesures barrières). Mais bon nombre d’entre elles ont aussi violé les mesures.


Ça s’est passé beaucoup plus à Adidogomé (banlieue nord-ouest de Lomé) où les éléments de la Fosap ont fait irruption dans une église charismatique et ont délogé des fidèles. Selon les informations rapportées à la rédaction de lopinion.tg, il y avait trop de monde au sein du temple que prévu par les autorités. Et donc les éléments, avec bâton à la main, ont dégagé les fidèles.


Toujours à Adidogomé, le respect de la distanciation n’est pas une réalité. L’on voit souvent des jeunes s’attrouper ici et là. La pratique des jeux collectifs est monnaie courante. Surtout sur les terrains du lycée technique… Mais ce week-end, des éléments de la FOSAP ont sévit. Ils ont interrompu et dispersé les attroupements, jeux de football, sport en groupe. Les récalcitrants ont vu leurs cages et autres matériels emportés.


En clair, après la sensibilisation, la FOSAP passe au châtiment. Déjà depuis le début de semaine, ceux qui outrepassent le respect obligatoire de port de bavettes sont arrêtés et reçoivent de petites punitions, et ils sont contraints de payer un masque sur place avant d’être libérés.

Stanislas A.








Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.