Grande insécurité dans le Zio 1 : Akamah Dodji pousse un cri de détresse aux autorités

390

L’insécurité devient grandissante au Togo mais elle devient plus inquiétante dans la commune de Zio 1 plus précisément dans les cantons de Tsévié, de Davié-Assomé et de Dalavé. Conseiller municipal zio, président du Mouvement EPD (Ensemble pour le Développement) Akamah Dodji Espoir monte au créneau et attire l’attention des autorités. C’est par lettre en date du 11 septembre 2020. Selon lui, presque trois nuits sur cinq, une moto est volée, des boutiques et magasins sont pillés. Ce qui porte un coup dur aux affaires dans la région. Il appelle donc les autorités à se plancher sur le cas Zio 1 afin de détruire les réseaux de malfaiteurs. Lisez plutôt.

Monsieur le Maire,

La commune de Zio 1 plus précisément les cantons de Tsévié, de Davié-Assomé et de Dalavé sont objet d’une insécurité inquiétante et cela depuis ces trois derniers mois. Sans une enquête, l’un des indicateurs du phénomène est la recrudescence des actes de vols, de braquages et d’autres types d’insécurité face auxquels la population ne perçoit aucune disposition sécuritaire de la part des autorités compétentes.

Dans ce sens, nous attirons votre attention sur un autre phénomène qui envahit toutes les couches de la jeunesse, c’est la multiplication effrénée des fumoirs (GUETO) et la constitution de certains jeunes en réseaux de malfaiteurs qui consomment et se livrent allégrement à la vente et à la consommation des stupéfiants comme le cannabis et autres stupéfiants.

En effet, presque trois nuits sur cinq une moto est volée, des boutiques et magasins sont pillés. Ces faits et actes d’une délinquance inquiétante sont non seulement des goulots d’étranglement du climat des affaires économiques mais également constituent le germe d’une insécurité aux conséquences incalculables en matière de la paix et de la cohésion sociales dans la commune de Zio 1.

Pour ce faire et sans trop laisser la population dans une impression de l’inexistence de l’autorité administrative et sécuritaire, nous vous prions de bien vouloir prendre toutes les dispositions sécuritaires et sociales pour venir non seulement à bout de ces réseaux malveillants mais aussi de détruire leurs lieux de rencontres qui prolifèrent c’est-à-dire les fumoirs de cannabis et autres stupéfiants.

Dans l’espoir de voir des initiatives administrative et dispositifs sécuritaires pour la destruction de ces réseaux de voleurs ainsi que ces lieux (Ghettos) de transaction et de consommation de stupéfiants de toutes sortes, veuillez recevoir Monsieur le Maire, l’expression de notre franche collaboration.

Le conseiller Municipal EPD

Singé

 Espoir Dodji K. A. AKAMAH-HLONGBE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.