Togo : 3 chefs traditionnels suspendus pour une action illégale

299

Trois Chefs traditionnels écopent de 6 mois de suspension, tandis que 4 autres ont été officiellement reconnus. C’est le compte-rendu que le ministre de l’administration territoriale Payadowa Boukpessi en Conseil des ministres ce mercredi.

Des chefs traditionnels pensaient peut-être avoir toute la main libre pour mener n’importe quelle action dans leurs différents cantons. Mais le gouvernement vient de leur prouver tout le contraire.

Les trois chefs suspendus sont celui de Vokoutimé (préfecture de Vo) ; du chef canton de Djama (préfecture de l’Ogou) et du chef canton de Glei (préfecture de l’Ogou). Il leur est reproché la mise en place d’une organisation illégale de chefferie traditionnelle.

Le ministre Boukpessi a également lors du Conseil des ministres présidé par Faure Gnassingbé ce mercredi, présenté le compte-rendu relatif aux décrets portant reconnaissance de quatre (4) chefs cantons.

Il s’agit de trois désignés par voie coutumière : Pagouda (préfecture de la Binah) ; Pessare (préfecture de la Binah) ; Sessaro (préfecture de Sotouboua) et un par voie élective dans le canton d’Imle (préfecture de l’Amou).

Selon le communiqué de presse issu du conseil, le gouvernement a rappelé que dans sa vision de promotion du développement local, il accorde une attention particulière aux acteurs locaux. Et c’est dans cet esprit qu’il a revalorisé le traitement des chefs canton.


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.