2ème tour de la présidentielle au Niger : Un scrutin transparent et inclusif pour les missions électorales de l’OIF, de la CEDEAO et de l’Union Africaine

44

48 heures après le second tour du scrutin présidentiel au Niger, la mission d’information et de contacts de l’organisation internationale de la Francophonie déployée dans le pays ainsi que les missions d’observation électorale de la CEDEAO et de l’Union Africaine ont donné leur appréciation du processus électoral dans son ensemble. Après les observations dans plusieurs bureaux de vote, elles se disent satisfaites de la bonne tenue de ce scrutin.

La MIC, mission d’information et de contacts de la Francophonie conduite par la Présidente de l’Assemblée nationale Yawa Djigbodi Tsègan a aussi rendu public son point de vue du processus. Conformément à son mandat, elle a recueilli des informations sur les conditions de préparation et de tenue du deuxième tour du scrutin présidentiel et veillé au renforcement de la confiance entre les parties prenantes. Elle a souligné que les améliorations apportées à l’organisation matérielle de l’élection ont permis son bon déroulement.

La Mission d’information et de contacts de l’OIF note aussi un fort engouement des électeurs et relève le caractère inclusif et transparent du processus électoral, toutefois, elle lance un appel à l’endroit des acteurs politiques et de la société civile.

Lire aussi:

« Au regard des observations précédentes, la MIC relève que le deuxième tour de l’élection présidentielle du 21 février 2021 a été caractérisé par l’inclusivité, la transparence des procédures et des opérations électorales à toutes les étapes et que ce scrutin s’est déroulé globalement dans le calme. La MIC salue les autorités nigériennes et les autorités électorales pour avoir organisé ces élections dans la transparence et l’inclusivité, et dans un contexte particulièrement difficile tant sur le plan de la sécurité que de la pandémie que nous vivons. Elle exhorte l’ensemble des partis politiques, la société civile, ainsi que les institutions concernées à maintenir l’inclusivité et la transparence jusqu’au terme du processus électoral. La MIC appelle les candidats et les acteurs politiques à attendre la proclamation des résultats provisoires par les institutions compétentes, et à recourir, le cas échéant, aux voies légales de recours prévues par les textes, notamment la Cour constitutionnelle. Elle appelle à poursuivre la concertation entre les acteurs politiques et autres parties prenantes afin de créer et d’affermir un climat de confiance dans la période post-électorale ». a indiqué Yawa Djigbodi Tsègan, cheffe de la mission d’information et de contacts de l’OIF.

Après avoir déploré l’incident malheureux survenu le jour du scrutin à Dargol dans la région de Tilabéri dans lequel des agents de la CENI ont perdu la vie, la MIC a présenté ses sincères condoléances au peuple nigérien ainsi qu’aux familles des victimes.

La Mission d’information et de contacts de l’OIF a en outre remercié la population nigérienne pour l’accueil excellent qui lui a été réservé, ainsi que les autorités nationales qui ont facilité son déploiement et son travail sur le terrain.

Rappelons que selon les résultats provisoires publiés mardi en fin de journée par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le candidat Mohamed Bazoum, remporte le second tour de l’élection présidentielle nigérienne avec 55,75 % des voix, devant l’ancien président Mahamane Ousmane (44,25 %). Le taux de participation est de 62,91%.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.