Vaccin AstraZeneca : un véritable « Aphrodisiaque » ?

6 738

Au Togo, l’injection de la première dose de l’AstraZeneca continue. Des personnalités politiques et des personnes âgées de plus de 50 ans aussi reçoivent la dose après la vaccination de 31 000 agents de santé. Le debat est autour de la suspension ou non du vaccin de l’AstraZeneca dont les effets secondaires font réfléchir en occident. Parmi les effets secondaires constatés au Togo, se trouve « l’augmentation de libido ».

Il n’y a pas raison de suspendre l’injection de l’AstraZeneca au Togo. A martelé le président du Conseil Scientifique du Togo, Professeur Didier Ekouévi sur une radio de la place mercredi 17 mars.

« Je ne vois pas pourquoi les gens sont inquiets au Togo sur le vaccin. Il y a un fait qui est là et qui est dû à la survenue de complications en Europe où on a observé 50 cas de thromboses (c’est-à-dire des coagulations ou des caillots qui se forment au niveau des veines qui peuvent migrer pour entraîner des complications). C’est 50 cas qui ont été observés après avoir vacciné 8 millions de personnes (…). À ce jour, nous n’avons aucun argument scientifique pour dire que le vaccin n’est pas sûr. L’arrêt de ce vaccin dans les pays européens, et je peux le dire, est beaucoup plus politique que scientifique. Sur les faits scientifiques, les chercheurs mêmes ne sont pas d’accord sur la suspension de l’utilisation du vaccin, parce que c’est des milliers de morts », rapporte afreepress.

 En ce qui concerne les effets secondaires constatés au Togo, le professeur parle de 28 personnes ayant signalé l’augmentation de la libido.

« Nous avons lancé une étude flash, dès que la vaccination a pris fin, pour recueillir tous les effets secondaires rapportés par le personnel de santé et nous avons déjà des données sur plus de 2000 personnes. Autour du personnel de santé, comme effets secondaires, nous avons eu 28 cas d’augmentation de la libido qui ont été déclarés et cette augmentation était observée chez 17 hommes et 11 femmes. Autre exemple, c’est qu’après la vaccination du personnel soignant, il y a 23 % des gens qui ne sont pas allés au travail le lendemain à cause des effets secondaires. C’est pour cela que nous disons, qu’il faut prendre du paracétamol pour calmer ces effets secondaires qui gênent un tout petit peu au début. Il y en a, mais ils ne sont pas graves », a-t-il affirmé.

S.A.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.