CEDEAO/Lutte contre la criminalité : le Sous-comité des chefs de Police, en avant-garde

0

Fin ce mercredi 16 novembre de la réunion du sous-comité technique sur la formation et les opérations du comité des chefs de police de l’Afrique de l’Ouest (CCPAO) à Lomé. La rencontre a regroupé les responsables de la Police des pays de la CECEAO. Les travaux ont été ouverts mardi par le Lieutenant-colonel Yaovi OKPAOUL, Directeur général de la police nationale du Togo.

Il était question durant les deux jours, de réfléchir sur les modalités de renforcement des capacités régionales en matière de lutte contre la criminalité transnationale organisée en Afrique de l’Ouest.

« L’Afrique de l’Ouest est souvent citée comme un exemple réussit de l’intégration sous-régionale. La libre circulation des personnes et des biens y est fort et heureusement une réalité. Cependant, nous devons prendre garde et rester vigilant pour que cette liberté si chère à notre développement économique ne soit pas au final, une porte ouverte aux malfaiteurs et aux groupes criminels », s’est préservé Lieutenant-colonel Yaovi OKPAOUL dans son discours d’ouverture.

Pour sa part, le Colonel Abdourahmane Dieng, secrétaire permanent du comité des chefs de police de l’Afrique de l’Ouest a affirmé que : 

« L’Afrique de l’Ouest est secouée par une série de criminalités bien connue. Les réponses que nous voulons donner, c’est la réactivation du sous-comité en charge de la formation et des opérations conjointes du comité des chefs de police de l’Afrique de l’Ouest qui permet l’effectivité de l’unité pour qu’elle puisse apporter la bonne réponse à travers l’organisation des opérations conjointes. Nous sommes convaincus que seule la coopération régionale entre polices, entre États peut nous permettre d’avoir les ressources nécessaires pour pouvoir faire face à toute forme de criminalité dans la sous-région ».

Rappelons que la rencontre annonce une prochaine réunion annuelle du comité des chefs de police de l’Afrique de l’Ouest qui se tiendra en février 2023 à Niamey au Niger.

Stanislas A.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.