ANIE : Lendemain sombre pour Dassagba le ministre Awaté Hodabalo interpellé

0

Le Village de Dassagba, localité située dans la commune Anié 2, canton de Glitto est au bord de l’implosion et risque de plonger dans la débandade si le nouveau ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locale, Awaté Hodabalo ne tape pas du poing sur la table. Il s’agit en effet d’une affaire de chefferie qui créé la tension entre les communautés divisées en deux camps. D’un côté, les Awossi, et le camp Djigbin de l’autre côté. Le premier camp regroupe les descendants du père fondateur du village, Awossi Sossou. Et c’est de cette lignée qu’est toujours sorti le chef di village. Mais le clan Digbin (dont le vieux père, Djigbin Kassin-Ayera, était un hôte du père fondateur dans les années 1872) veut changer l’ordre normal des choses en revendiquant le trône pour le sieur Eke Digbin. La débandade s’installe et la tension commence par monter.

Tout est véritablement parti d’une information qui stipule que le sieur Eke Digbin est en passe de recevoir le décret pour son intronisation comme Chef de Dassagba. « Une chose anormale » selon les descendants du père fondateur, qui s’indignent et interpellent les autorités.

De quoi s’agit-il concrètement ?

Le Village de Dassagba est sous le contrôle actuellement du régent Fangbemi Togbé Daouda. Celui-ci a été choisi à ce poste après le décès du Chef Fangbemi Madewu (tous d’eux, descendants du père fondateur Awossi Sossou). Le régent étant frappé par l’âge, le village avait décidé de placer le plus jeune, Awossi Ayena Komlan à la tête du village comme chef. Nous sommes en 2019. Ce dernier d’après les dires du clan Awossi, a eu la bénédiction « du Chef canton de Glitto, Worou Ezin et du préfet d’alors Agoro Balabawi ». Ces deux personnalités auraient même reconnu, à en croire le camp Awossi, le sieur Awossi Ayena comme « futur chef du village de Dassagba ».

Rappelons que le proposé Chef, Awossi Ayena a eu à subir plusieurs enquêtes de moralités afin de jauger sa capacité à diriger cette communauté. Une des enquêtes a été dirigée par l’Adjudant-Chef Kalao Noël selon le camp Awossi. En plus, disent-ils, le « proposé Chef » est soutenu par la majorité de la population du village. Rappelons également qu’en 2001, le clan Awossi avait obtenu le décret le consacrant fondateur du village Dassagba.

La population n’attendait donc que le décret pour voir sur le trône Awossi Ayena Komlan. C’est justement dans cette attente que, ce qu’on pourrait qualifier de « jeu trouble » se produit. En effet « Pendant que nous attendons le décret, on apprend que les deux autorités notamment le préfet et le chef canton Worou Ezi veulent placer le sieur Eke Digbin comme Chef en replacement de Awossi Ayena Komlan. C’est inadmissible et incompréhensible. On veut reconnaître une autre personne que le choix de la population comme chef du village ? », se demande un cadre du village.

Le Sieur Eke Digbin qui aujourd’hui est au cœur du débat, proférerait déjà des menaces contre le camp adverse (le camp Awossi) selon les informations. « Celui qu’on veut nous imposer, Eke Dignin, menace déjà de nous renvoyer de nos terrains une fois qu’il sera intronisé », a confié un autre cadre proche des Awossi.

Décret du regretté Chef Fangbemi Madewu ( du clan Awossi)

Des questions sans réponses

Chez les Awossi, descendants du père fondateur du village, la situation crée de la suspicion. Pour eux, si Eke Digbin peut arriver à avoir le décret lui consacrant chef de Dassagba, ça ne serait que, disent-ils, parce que ce dernier est allié avec certaines autorités du pays notamment des membres du gouvernement.

« Le Nommé Eke Digbin qui se dit Chef du village de Dassagba déclare souvent que tout le territoire de Dassagba lui appartient et qu’il a le papier du domaine. Pourtant, les informations indiquent qu’à la création de ce village vers 1872, les premiers arrivés : Awossi, Yamontche, Edjo, Akètè, Allagbé, Kassin-Ayera, Tchalla, Hotro, Ayidegnon, Djilegou, Makanbio, Fangbemi, Ekron avaient de vastes domaines qui constituent les différentes collectivités aujourd’hui. Est-ce à dire que ces différentes collectivités n’existent plus à Dassagba ? » Comment cette répartition des domaines faite depuis plus d’un siècle peut s’effacer pour que les domaines lui reviennent ? Comment un descendant d’un père étranger sur un territoire peut devenir chef des descendants du Père fondateur de ce territoire ? Comment des autorités locales et administratives reconnaissent quelqu’un comme un futur Chef d’une localité et peu après les mêmes autorités reconnaissent une autre personne comme chef de la même localité sans que le premier prétendant n’ai subi aucun incident ? Autant de questions que le camp Awossi se pose à ce jour sans avoir de réponses.

Note signée par le Chef canton de Glitto, reconnaissant Awossi Ayena Komlan comme futur Chef de Dassagba

Appel du camp Awossi au gouvernement

Apres moult démarches auprès des autorités contre ce « hold-up », la situation ne semble pas s’arranger. Plutôt, elle s’aggrave compromettant le vivre-ensemble dans ce village. Entre temps, une pétition a été signée en 2021 par un échantillon de 95 personnes du village réclamant le décret enfin pour le prétendant Awossi Ayena Komlan. Rien de tout ceci ne donne du fruit jusqu’à ce que les Awossi apprennent que Eke Digbin est en passe d’obtenir le décret.

L’on envisage guère ce qui adviendrait dans ce village, qui, jusque-là vit en paix, si Digbin venait à être intronisé, surtout que le camp Awossi est largement majoritaire dans la localité. L’horizon est donc sombre pour Dassagba. Il faut donc éviter l’hécatombe tant qu’on le peut. C’est donc pour cela que le camp Awossi interpelle le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locale, Awaté Hodabalo à arrêter le « désordre » et œuvrer pour l’intronisation de Awossi Ayena Komlan. Ils interpellent directement le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé pour la paix de Dassagba.

« Nous interpellons le chef de l’Etat à intervenir dans cette affaire pour ramener le bon sens. Aussi, nous faisons appel au ministre Awaté Hodabalo et à toute personne de bonne volonté qui se voit dans le projet de gouvernance de son excellence Faure Essozimna Gnassingbé de nous aider à préserver la paix et la cohésion sociale à Dassagba », a indiqué le régent du village.

S.A.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.